La Y/con 5ème édition 2016

La Y/con, c’était un truc de taré. Ma dernière convention était la Japan Expo en 2014, donc autant dire que ça faisait un bon moment que je n’étais pas allée dans une convention. Pour cette première édition sur Paris, avec mon amie Vanessa, on a décidé de se lâcher, on est parti toutes les deux de Toulouse pour se rendre chez une seconde amie, dans le genre road trip. La Y/con, j’en avais entendu plusieurs fois parlé, quand celle-ci se déroulait à Lyon. Mais jamais je n’avais pensé pouvoir y aller, au vu du temps de trajet, et puis, qu’est-ce que j’aurai fait toute seule là-bas ? Finalement, grâce à mes superbes coupines (KISSOU Vanessa et Axelle), tout a pu changer, et nous avons donc pu passer notre première Y/con, un vrai conte de fée !

 

Pour nous, le week-end a commencé dès le vendredi 11 novembre, avec une petite journée complète de route pour se rendre sur place. Le genre de voyage de fou, où nous avions pris deux personnes qui allaient elles-mêmes à la Y/CON. Autant dire que c’était quasiment surréaliste tant le voyage est passé vite, entrecoupé de karaoké et de débat très sérieux sur le boy’s love. On se mettait déjà en condition pour la journée du samedi. Je vous laisse imaginer dans quel état d’excitation j’étais à la veille de cette convention.

 

 

Les délicieuses Caly et Mlle Aï. A droite, le stand de Caly

 

Le samedi matin, après diverses péripéties où nous avons pris des routes qui n’existent pas grâce au super GPS de Vanessa (OH OUI je t'avais dit que j'en parlerai dans mon compte rendu), nous voilà arrivé. A peine arrivé, on rencontre une amie et hop, on se retrouve à quatre, prêtes à affronter la foule, de bon matin. L’intérieur de la convention était vraiment très sympa. Je me demandais quelle taille cela pourrait avoir, et finalement, j’ai trouvé que c’était pile ce qu’il fallait. Pas trop petit, de peur de se retrouver dans la masse de personnes, mais pas non plus assez grand pour être complètement perdu, et ne jamais pouvoir se retrouver dans la convention. Il y avait juste un peu de monde le matin, mais dès le milieu de l’après-midi, les allées étaient bien plus respirables. Les stands étaient assez espacés les uns des autres. La scène principale où se déroulaient de nombreuses conférences, les concours ou les présentations, étaient juste à côté de la sortie, et ne dérangeait donc pas les stands. Ce que j’ai bien aimé, c’était qu’amateur et professionnel étaient mélangés, et on pouvait passer d’un artiste indépendant à un éditeur de livre sans problème.

 

 

 

A gauche, le merveilleux stand d'Atelier Alita, et à droite, la démo du jeu Superbia

 

La diversité était très intéressante, même au niveau des goodies. Même si tous étaient toujours sur le même thème de l’homo-romance, il y en avait pour tous les goûts : les classiques posters, cartes, marque pages, mais aussi des portes clés, des artbooks, des livres originaux, des doujinshis, des sacs, des tasses, et bien d’autres choses très spécifiques à chaque stand. Cela donnait envie d’acheter absolument partout, surtout quand, comme moi, tu connais la plupart des artistes qui y étaient. Pour les plus puristes, vous pouviez même trouver des produits officiels : des doujinshis japonais, des titres de boy’s love idp même si ceux-ci n’étaient pas présent sur le salon, ou des figurines de Free par exemple. Un vrai bonheur donc. Je ne vous laisse pas imaginer le carnage que j’ai fait !

Au niveau de l’ambiance, j’ai trouvé la y/con très très conviviale. Comme c’est une convention très spécialisée, on avait tous les mêmes délires, et tu pouvais te sentir quasiment comme chez toi, avec tes amis. Tu discutais de tes pairings préférés avec des personnes que tu ne connaissais même pas, car tu étais quasi sûr qu’ils connaitront les yaoi que tu lis. J’ai adoré cette ambiance, je n’ai jamais été aussi sociable de toute ma vie, à me sentir à l’aise avec tout le monde. J’ai d’ailleurs pu parler avec quelques personnes connaissant ma page, un gros big up à Emma, qui se reconnaitra, et qui est toute mignonne !

 

 

 

J’ai pu assister à des conférences très intéressantes, montrant aussi que le boy’s love et l’amour homosexuel en général ne s’arrête pas qu’aux manga cliché qu’on peut te sortir de partout. La conférence sur le viol et le consentement et celle que j’ai suivi avec le plus d’attention, car c’est un sujet qui me touche tout particulièrement. J’ai aimé voir toutes ces personnes intéressées, se sentir concernées. Les animations cosplays étaient aussi de la pure folie, que ce soit avec la présentatrice tellement pétillante, ou les divers défilés de personnages emblématiques du monde du ship et du boy’s love. J’ai hurlé comme tout le monde pour avoir le droit à des bisous torrides sur scène, pour mon plus grand plaisir ! Dans ce genre de moment, tu es juste dans un état second, et tu es heureuse de n’être jugé par personne, car tout le monde est dans le même cas que toi.

C’est ce que je retiens de cette y/con. Quoi que tu sois, personne ne t’a jugé durant cette convention, et c’était un véritable plaisir. A l’inverse des petites gueguerres qu’on peut souvent voir dans des conventions « whé fairy tail c’est nul » ou autre, ici, nous étions tous réuni par la même passion, celle de l’amour gay. Personne n’était choqué par quoi que ce soit. Et c’était super. Les bénévoles d’Event Yaoi ont juste fait un travail de folie, que je ne peux que souligner, et féliciter. Et surtout encourager, dans l’espoir de voir la prochaine édition sur Paris aussi, pour pouvoir m’y rendre à nouveau !

Novembre 2016