Depth of Field

  

Synopsis

"J'ai pris l'habitude d'aller sur le toit du vieux bâtiment de l'école après les cours, quand je n'ai pas envie de rentrer chez moi. C'est là que j'ai rencontré Konno. Certains disent de lui qu'il est intimidant ou difficile à aborder, mais quand il prend des photos ou me parle de ses appareils, la joie illumine toujours son visage. Respect, envie, jalousie, complexe d'infériorité… Konno possède exactement tout ce que je désire sans avoir jamais pu l'obtenir, et mes sentiments à son égard deviennent de plus en plus complexes…"

Avis

Depth of Field d’Enjo est la bonne surpris de l’envoie de la collection Hana mai 2018. Je suis très très contente de cette histoire que j’ai adoré lire.

La première chose qui m’a conquise, c’est le dessin. Je le répète souvent, je suis un peu un être superficielle pour ça. J’ai besoin de beaux dessins, d’un trait graphique intéressant pour réussir à apprécier à 100% une histoire. Bien entendu, je ne me base pas que sur ça, mais c’est un point que je trouve tout aussi important que le scénario. Et ici… je suis comblée. Le dessin d’Enjo est vraiment magnifique. Depth of Field est totalement le genre d’œuvre que je lis autant que je regarde. Pour admirer le visage des personnages par exemple.

 

 

L’histoire en elle-même est classique. C’est un tranche de vie avec une histoire d’amour naissante entre deux jeunes hommes. Néanmoins, Depth of Field ne fait pas l’erreur que font beaucoup d’autres œuvres : de compresser tout afin d’en faire un one shot. Ici, la justification des deux tomes est totalement correcte. Si l’œuvre s’était terminée en un tome, elle m’aurait laissé cette sensation d’inachevée. De précipité. Alors qu’ici, je trouve sa longueur parfaite, nous permettant de nous intéressant aux garçons sur plusieurs périodes de leur vie et de voir leur relation grandir et changer. Je trouve ça vraiment super.

Les deux jeunes hommes sont vraiment intéressants. La justification du caractère d’Hayakawa est plausible et intéressante. On a là deux protagonistes dont les faiblesses et les failles partent d’un véritable passif sans pour autant tomber dans le mélodrame.

Pour résumé, Depth of Field est une bonne surprise. Je ne m’attendais pas à grand chose et pour une fois j’ai apprécié, ce qui est, avouons-le, assez rare quand je ne connais pas déjà la mangaka grâce à mes escapades sur le net.

Juin 2018