Tadaima, Okaeri

  

Synopsis

"Bienvenue dans le monde de Tadaima, Okaeri, où il existe trois types de personnes : alpha, bêta et omega. Dans cette société pleine de préjugés, l’homoparentalité est difficilement acceptée, mais plus encore, la liaison amoureuse entre les différents types d’êtres humains. Hiromu, alpha, et Masaki, omega, allant à l’encontre de l’ordre établi, se sont mariés et ont eu un enfant. Heureusement, ce petit bout de chou fait fondre la terre entière, et il devient rapidement leur raison de vivre et d’avancer. Suivez le quotidien de cette petite famille attachante, débordant d’entrain et d’amour !"

Avis

J’attendais comme le jour de Noël l’arrivé de l’omégaverse dans le marché français. Si on m’avait dit il y a encore quelques mois que cela serait en 2017, je n’y aurais pas cru. Et pourtant, Boy’s Love IDP a entendu mon appel incessant ! Je suis vraiment heureuse de voir que Tadaima, Okaeri est le premier à arriver en France. Il s’agit d’un titre que j’ai lu de très nombreuses fois en anglais sur un site de scan en ligne, et même ainsi, j’ai pris beaucoup de plaisir à le relire en français.

 

 

Je trouve que c’est un très bon titre pour commencer dans l’univers de l’omégaverse. Il est très safe et montre bien les différentes classes sociales dans le principe même de l’omégaverse. C’est un thème qui peut en dégouter beaucoup, ce que je comprends parfaitement. J’ai toujours eu une attache particulière à celui-ci, je le trouve très intéressant de par son aspect très satirique et exagéré de la société actuelle. Dans Tadaima, Okaeri, la relation dans le couple que nous suivons, ainsi que les interactions qu’ils ont avec les personnes autour d’eux nous apprennent beaucoup sur la société. On peut voir la discrimination que subit Masaki qui n’est simplement qu’un oméga. Comme le veut le monde dans lequel ils vivent, il est père au foyer et élève son fils. Si certain peuvent trouver ça stéréotypé, je trouve ça aussi intéressant de se servir d’un personnage comme celui-ci pour dénoncer les problèmes. Masaki est doux et fragile comme un oméga devrait être, il possède un certain nombre de complexe vis à vis de ce qu’il est, mais nous découvrons au travers des pages un personnage moins docile que ce que l’on imagine.

 

 

Hikari apporte aussi un vent de fraicheur durant la lecture. C’est un petit garçon si plein de vie que j’ai complètement craqué en lisant ! Il est adorable, et si vous êtes un minimum sensible aux enfants, vous allez fondre vous aussi ! Sa présence rend la lecture très douce et agréable, c’est un tranche de vie que je trouve très bien pour aborder l’omégaverse, comprendre les différences entre les classes, mais surtout la manière dont le monde fonctionne. Même si celui-ci est plus ou moins propre à chaque manga, Tadaima, Okaeri propose une vision assez globale.

A tous les curieux qui auraient plus ou moins entendu parler de ce genre, je vous le conseille vivement ! Pour les autres, laissez une chance à Tadaima, Okaeri. Mais bon, je pense que je ne suis pas vraiment objective, amoureuse comme je suis de cette histoire !

Août 2017