Tailor and Scion

  

Synopsis

"Fils de bonne famille, Shûichirô Takamiya vit depuis qu'il est enfant un amour à sens unique pour Akira Katayama, propriétaire d'une petite boutique de vêtements sur-mesure. Avec la différence d'âge qui les sépare, Shûichirô ne s'attend pas à ce que ses sentiments soient réciproques, mais il décide tout de même de lui faire sa déclaration... et se fait sèchement rejeter par Katayama! Mais Shûichirô ne compte pas abandonner. À force d'opiniâtreté, parviendra-t-il à faire fondre le cœur de l'impassible tailleur ?"

Avis

Tailor and Scion est le dernier titre de cette vague Hana à être passé entre mes mains. Et la moindre des choses qu’on peut dire, c’est qu’il fait vite descendre la hype des autres mangas. C’est clairement le genre de titre que je range dans la catégorie « banal » à en mourir. J’ai l’impression d’avoir lu ce genre d’histoire tellement de fois qu’elle me passe à des kilomètres.

 

 

On se retrouve avec l’éternel jeune étudiant pétillant et plein de vie, qui bien qu’il se confronte à un mur tel que l’homme en face de lui, qui ne montre jamais ses sentiments, continue à foncer dans le tas tel un idiot. Bien entendu, c’est le genre de gamin qui va pleurnicher à la moindre occasion et se rendre ridicule au possible. Cette histoire de boulot, quitte à se crever, pour étouffer son crush sous des cadeaux que celui-ci lui refuse toujours avec beaucoup de froideur…. Persévérant le petit ! Peut-être que je ne suis pas romantique, mais à force je trouve ça un peu ridicule. Bizarrement, son obsession m’a fait penser à Yocchan dans la série Let’s pray with the priest. Mais passons.

Si on ajoute à cela un dessin très simple, tout autant que les décors des planches quasi inexistant, je suis loin de ressortir conquise par cette lecture. Non pas que j’ai détesté, mais c’est le genre d’histoire qui me laisse à présent indifférente. Et pour lesquelles j’ai du mal à expliquer les choses tant je passe finalement à côté. Très peu pour moi. Heureusement que la pêche avait été bonne pour le reste de l’envoi de cette vague Hana !

Octobre 2016