Takaga Fukuen

  

Synopsis

"Manager à l’étage d’un grand magasin, Takehara mène une vie banale bien que confortable. Mais son univers bascule lorsqu’un matin, on lui présente un de ses nouveaux collègues, un certain Amemiya. Alors, les souvenirs resurgissent et Takehara se rappelle cet amour de jeunesse qui le hante en rêve depuis bientôt vingt ans… Ils se sont quittés dans des circonstances obscures, parviendront-ils à se réconcilier ?"

Avis

Bien que cela me surprenne, j’ai complètement adoré Takaga Fukuen alors que le titre ne m’aurait pas particulièrement attiré en temps normal ! Là, je l’ai complètement adoré, et je serai capable de le relire directement.

J’ai beaucoup aimé les deux histoires de ce manga. Elles sont toutes les deux assez différentes, mais sont intéressantes chacune à sa manière. La première histoire est sur deux hommes d’une quarantaine d’année et, première chose que je trouve intéressante, le trait de l’auteur permet de bien représenter leur âge. On a véritablement deux personnages mûrs, avec le côté séduisant qui va avec l’âge plus avancé qui font d’eux de véritable adulte. L’histoire est elle aussi mature. Bien qu’il s’agisse de tranche de vie, c’était très intéressant de par son réalisme fort. J’ai beaucoup aimé les scènes du manga, que ce soit leur rapprochement ou leur déchirement. Ou alors les caractères des personnages aussi, qui sont très intéressants.

 

 

Mais je dois dire que j’ai eu un énorme coup de cœur sur Une erreur idiote, la seconde histoire, que j’aurai aimé voir se développer sur plus de chapitre tant j’ai aimé ! De toute manière, j’aime toujours quand c’est un peu tordu, et là, ça l’était complètement, avec cette histoire de stalker, et notre héro un peu étrange. J’aime beaucoup quand les mangakas prennent des risques comme ceux-là. J’approuve à 100% !

Du coup, j’en suis la première surprise, mais Takaga Fukuen, c’était clairement trooooop cool ! Je vous recommande vivement si vous cherchez d’une part des histoires d’amour réalistes, et d’un autre, un petit soupçon d’étrange et de glauque avec Une erreur idiote.

Novembre 2017