Crying Kitty

   

 

Synopsis

"Kazusa Kiriyû, surnommé le Chien Enragé, est le premier lieutenant d'une importante famille yakuza, le clan Narumiya. Un soir, il fait la rencontre d'un journaliste, Nanase Kurenai, qui s'est infiltré dans la résidence du clan pour obtenir une information. 
Kazusa décide de s'occuper lui-même de punir le jeune homme, mais il ne tarde pas à découvrir que celui-ci semble cacher beaucoup de choses... 
Kurenai est-il vraiment celui qu'il prétend être ?"

Avis

Crying Kitty, c'est clairement le genre de manga dont la couverture nous donne envie d'acheter. Elle attire immédiatement l’œil, car avec une telle beauté visuelle, on s'attend à une histoire mouvementée, bien badass, avec des coups de feu de partout et plein de beaux mecs. Peut-être même à un nouveau Viewfinder ?

Bref, j'ai foncé sur ce nouveau titre rien qu'avec cette illustration de présentation qui me donnait terriblement envie..Et j'ai bien vite déchanté après avoir ouvert le manga. La couverture, en couleur, était certes très bien réalisée, mais l'intérieur est bien différent celui moi. C'est un style de dessin que je n'aime pas, avec les problèmes récurrents aux yaois : l'anatomie masculine catastrophique. Des mains gigantesques, des têtes bien trop petites, tous ces petits points irritants à l’œil sont détectables dans l'ensemble du manga, et pas seulement lors des scènes érotiques. De plus, les profils sont disgracieux, et rendant les soit disant beaux mecs que j'attendais au vue de la couverture, bien moins séduisant. En couleur, ça passe, en noir et blanc...Bah ça casse !

Autant vous dire que, à peine ouvert, j'étais déjà en train de grimacer. Après, bien entendu, le style de dessin, et les goûts, tout ceci se discute, nous avons la chance de ne pas avoir tous les même goûts donc passons.

Au niveau du scénario, nous avons le droit à une nouvelle histoire de yakuza, bien que celle-ci soit moins explosive que ce que pourrait le prétendre la couverture. On suivra aussi, dans ce manga, le début d'une rivalité amoureuse, entre le premier lieutenant de la famille yakuza et un individu surgissant des souvenirs douloureux de Kurenai. C'est une partie intéressante où l'auteure nous en dévoile un peu plus sur ces personnages, nous expliquant alors l'ensemble des réactions du jeune homme dans le manga.

Bref, au final, Crying Kitty reste pour moi qu'une banale histoire de Yakuza à la Viewfinder, avec le scénario et le dessin en moins. N'étant pas forcement très friande de ce thème, je ne saurai le recommander à n'importe qui, à part les yaoistes appréciant ce genre là, tout en sachant que j'ai vu plusieurs avis positifs sur ce manga.

Janvier 2016

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×