Familliar relation between you and me

  

Synopsis

"Mon ami d'enfance Takashi, qui avait déménagé il y a cinq ans, est revenu habiter dans la maison en face de chez moi. Il est intelligent, et j'ai toujours été proche de lui, mais je ne veux absolument pas le revoir, pour une raison toute simple : avant son départ, je l'ai surpris à se masturber sur des photos de moi ! Mais quand je finis par aller le voir, il agit normalement, comme s'il ne s'était rien passé... Pourquoi est-ce qu'il est aussi tranquille ? Que quelqu'un me rende les cinq ans que j'ai perdus à penser à lui !" 

Avis

La première chose qui m’a vraiment beaucoup dérangé, avant même de me plonger dans l’histoire, fut le chara-design. J’ai trouvé la couverture vraiment jolie, fourmillante de détails…Quelle déception une fois le manga ouvert ! On est sur un tout autre niveau sur des dessins en noir et blanc. Un chara-design que j’ai trouvé, pour ma part, très creux, avec beaucoup de défaut, irrégularité anatomique (le retour de la suite qui contre-attaque des mains gigantesques, un grand classique mesdames et messieurs !) sans parler des visages sans réelle beauté.

Un mauvais dessin pour moi est clairement rédhibitoire. Je sais que cela peut paraître exagéré, mais j’accorde beaucoup d’importance à cette partie-là du manga, mais c’est quand même un point important cela dit ?! Après tout il s’agit d’un manga, sinon je lirais un roman si je ne m’intéressais qu’au scénario.

 

 

Bon, fort heureusement, celui-ci s’améliore au fur et à mesure des pages. Comme il s’agit d’histoires courtes dessinées sur plusieurs années, le trait de la mangaka s’affine, sans pour autant en devenir beau ; c’est très simple, banal, et ça ne me plait pas vraiment. Si le début de l’histoire était un peu planplan et classique, l’éternel ami d’enfance perdu de vue qui revient ohlala… La suite m’a laissé sur le cul ! Je ne m’attendais pas à ça, étant donné que je n’ai pas vraiment lu le synopsis avant de m’attaquer à ma lecture. L’hétéro de base qui vire sa cuti en l’espace de trois pages, ça encore, c’est tellement classique que j’arrive presque plus à être choqué. Mais les scènes de baise à foison, ça, même pour une âme souillée comme la mienne…. Surtout que là, on est sur du high level. La censure ? Quelle censure, c’est pour les faibles la censure voyons ! J’ai rarement eut l’occasion de voir des mangas aussi détaillés. C’est assez cru, limite pornographique.

 

 

Les chapitres s’enchainent et se ressemblent, mettant en scène les deux protagonistes dans des tentatives de sexe sm, positions et conditions différentes…Ca s’enchaine toujours avec la même saveur fade. Pour ceux ayant le côté voyeur de la chose, vous trouverez forcement votre plaisir, car ce n’est pas la profondeur du scénario qui risque de vous chambouler dans votre lecture.

Au final, c’est un titre très mitigé. Entre le dessin bancal, l’histoire inexistante et les scènes de sexe à outrance. Si encore celles-ci étaient bien…Mais je ne les trouve pas forcement plaisantes.

Août 2016