Glasses, love and blue bird

  

Synopsis

"Passionné de mangas shôjos et d'histoires de romance, Kei est un lycéen qui ne rêve que de connaître l'amour. Mais avec son apparence et ses goûts étranges, il sait très bien qu'il ne risque pas de le trouver de sitôt... De quoi être jaloux de son ami d'enfance Seiji, beau et populaire ! Mais lorsqu'une fille de sa classe l'invite à un rendez-vous, Kei s'imagine être finalement sur le point de vivre son rêve. Aussi ne comprend-il pas pourquoi l'idée déplaît à ce point à Seiji... jusqu'à ce que celui-ci l'embrasse ! La romance viendrait-elle de là où Kei l'attend le moins ?"

Avis

 

Glasses, Love and blue bird n’a pas su me convaincre, et ça dès les premières pages. Non sans être un navet, c’est le genre d’histoire que j’ai l’impression d’avoir vu, vu et revu des dizaines de fois dans les yaoi. L’habituel et éternel uke victime à lunette et au physique soit disant disgracieux, aussi gauche en amour qu’en relation sociale en général. Ajoutez à cela un seme dans le genre mystérieux, beau gosse du lycée et qui se fait apprécier de tout le monde, (de préférence, faite en sorte qu’ils soient amis d’enfance !) et vous avez le mélange parfait pour réaliser un énième yaoi sans véritable saveur. Du moins, sans cette petite touche qui me fait accrocher à ma lecture.

 

 

Sans grand doute, les deux héros sont amenés à sortir ensemble, avec un seme super héro qui sauvera son petit copain de plusieurs situations disgracieuses. Le dessin est joli, mais sans plus. J’aime néanmoins beaucoup comment la mangaka travaille les cheveux de ses personnages. La seule chose qui m’a un peu étonné, c’est le « manque » de scène érotique. Le manque dans le sens où les personnages ne se sautent pas dessus après trois pages, comme il arrive si souvent dans les mauvais yaoi. C’est agréable de voir autre chose pour une fois.

Au final, je suis mitigée face à ce titre des plus classiques, qui est lu, mais qui sera tout aussi vite oublié.

Août 2016