I have no idea about boys

  

Synopsis

"Chihaya et moi, on partage un secret. Comme on est tous les deux amoureux de quelqu'un à sens unique, je lui ai proposé qu'on couche ensemble, histoire de trouver du réconfort dans les bras l'un de l'autre... Il ne m'aime pas, et je ne l'aime pas : c'était l'arrangement parfait. Celui que j'aime, c'est Ushio ; et Chihaya est amoureux de Kaede. Puisqu'on ne peut pas avoir celui qu'on veut, autant essayer de se consoler ensemble. Mais je me suis aperçu que ce n'était pas si simple que ça. La seule personne dont j'ai réellement envie, au fond de moi, c'est Ushio..." 

Avis

I have no idea about boys est un recueil de trois petits one shot. Comme à mon habitude, j’étais un peu frileuse à le commencer. J’ai toujours autant de mal avec les one shot, que je trouve souvent négligé au vu du peu de page pour une seule histoire. De plus, le chara-design de la mangaka me faisait grincer des dents au début. Autant je trouve certain visage magnifique, même si la forme de ses nez ont tendance à être très bizarre selon moi… Autant j'ai eut du mal à accrocher au côté beaucoup trop androgyne et aux yeux gigantesques, aux multiples cils de biche, lèvres pulpeuses...

 

 

La première histoire m’a beaucoup surprise. Ayant lu le synopsis, j’étais persuadée de connaître déjà la fin, et c’est avec une certaine lassitude que j’ai ouvert ce manga pour finalement le lire. J’ai été surprise de voir qu’au final, je me suis faite avoir en beauté ! Finalement, l’histoire est plus intéressante que je ne l’aurai cru, et j’ai beaucoup aimé sa finalité. Les deux autres histoires s’orientent aussi vers ce même thème ; les amours lycéens impossibles. On ressent un peu de rancœur, et de sentiments à la limite du malsain en les lisant. Les relations ambiguës entre les personnages sont intéressantes à lire, et je me surprends moi-même à avoir apprécié ce titre-là. Moi qui partais défaitiste ! La longueur des histoires aurait bien entendu mérité un peu plus de pages, néanmoins, je trouve que l’effet « scénario inachevé » se sent un peu moins dans ce tome-là que dans d'autres recueils. La mangaka nous laisse une marge d’interprétation quant à la suite des relations et sentiments des personnages sans nous laisser dans une frustration trop grande.

 

 

Au final, I have no idea about boys est une bonne lecture. On évite les histoires clichées des jeunes lycéens bourrés de bons sentiments, et on fait place à quelque chose d’un peu plus perfide et profond. Certes le manga n’est en rien révolutionnaire, mais j’ai clairement passé un bon moment avec lui.

Août 2016