Mes habitudes avec mon petit-ami

    

Synopsis

"Étudiant en architecture, Izumi Hirasaka est très consciencieux, mais sa dévotion ne se limite pas à son domaine de recherches. Il doit veiller à bien nourrir son « petit toutou » qui n'est autre qu'un chercheur stagiaire répondant au nom deSatoshi Onozuka. Très travailleur mais toujours dans la lune, ce dernier dépérirait sans les soins de son « maître adoré » ! Mais de quelle manière Satoshi s'occupera-t-il en retour du jeune et fougueux Izumi ? Ils découvriront ensemble que les apparences ne sont pas toujours ce qu'elles semblent être."

Avis

Mes habitudes avec mon petit-ami est le premier titre que j'ai pu découvrir de Hashigo Sakurabi, mangaka très mise en avant en 2015 par Boy's Love idp et par Taifu Comics avec leur l'excellent « My number One ». Autant dire que lorsque j'ai découvert ce titre là, j'ai su par la suite que j'aurai affaire à l'une de ces mangakas pour lesquelles je me sens obligé d'acheter toutes ses œuvres tant j'accroche à son travail !

Avant même d'ouvrir les tomes, on pourrait s'arrêter plusieurs minutes sur les merveilleuses couvertures ! Je les trouve très douces et très érotiques, décrivant parfaitement le contenu de l’œuvre. J'ai néanmoins un gros coup de cœur pour celle du premier tome, où l'allure de Satoshi, son regard qu'il nous lance, est d'un érotisme à toute épreuve !

Les deux tomes de cette série se composent de la même manière : on va suivre trois histoires différentes.

La première, la principale est celle ayant donné son nom, ainsi que son synopsis au manga, est une histoire d'amour assez passionné entre deux étudiants. Izumi est du genre assez chaud bouillant, prêt à bondir sur sa « proie » qu'est le jeune Satoshi, chercheur stagiaire très lunatique au comportement assez spécial. Au début, on pourrait croire qu'il est du genre très passif à aimer se laisser faire. Leur première relation est, malheureusement, un viol comme on a l'habitude de voir très souvent. Même si ce n'est pas ce que je préfère, leur relation évolue heureusement vers quelque chose de plus sain, au fur et à mesure que Satoshi devient consentant et beaucoup plus actif dans leur couple. Izumi de son côté est un type très agressif et possessif, montrant constamment les crocs, et non pas sans raison au vue des ennuies que Satoshi arrivera à se trouver durant les deux tomes. L'histoire est très sympa, le couple est sulfureux à souhait, chose que j'apprécie énormément, même si certaines ficelles scénaristiques sont un peu grosses.

« Donne moi la main, mon prince » se déroule dans la même université que nos deux précédents protagonistes, avec un de leur ami, et un prince d’Arabie venu étudier dans leur école… Autant dire qu'avec un scénario comme celui-là, on peut s'attendre à tout ! C'est l'histoire qui m'a fait le plus rire tant certaine situation sont aussi ridicules et clichées. Mais le pire, c'est que j'ai réussie à accrocher… Malgré le fait que ce couple d'imbécile heureux se construit sur rien du tout, que le soit disant prince d'Arabie n'a absolument aucune origine exotique et à plutôt l'air de débarquer de Russie vu sa couleur, qu'il se mets à faire du cosplay (dont de la lingerie, le truc que je ne supporte absolument pas..) Au final, je me suis plutôt éclatée à lire cette petite nouvelle, car leur relation est vraiment comique et saura facilement faire sourire si on ne prend pas trop ça au sérieux.

« Me vouer au sadisme avec toi », dernière histoire de nos deux tomes, est peut-être celle avec laquelle les personnes auront le plus de mal ! On suit l'histoire de Kyôya, célébrité endossant des rôles de sadique pour la télévision, mais à la nature masochiste, appréciant se faire dominer par son partenaire. Son manager, Kuramoto, soucieux du bien être de sa petite star, décide alors d'endosser le rôle du sadique pour le satisfaire. S'en suit alors une relation de domination où le sexe est roi, et surtout, sans aucun sentiment. J'ai beaucoup aimé cette histoire, car bien que les sentiments amoureux soit absent, on découvre un aspect du sexe peu abordé dans les yaoi, celui du véritable sado-masochisme. J'aurai néanmoins apprécie avoir un peu plus de chapitre sur cette histoire, car la fin me laisse un goût amer de déception.. Leur relation commence à peine, et on voit qu'elle pourrait encore en dire beaucoup !

Globalement, c'est une œuvre très intéressante. Ne cherchez néanmoins pas des histoires qui révolutionneront le genre. Hashigo Sakurabi propose plutôt des histoires sulfureuses, bourrées d'érotisme et de scènes de sexe. Rien que pour cela, c'est quelque chose à lire au moins une fois si vous êtes friand de lemon !

Février 2016

Autres titres d'Hashigo Sakurabi

My Number one !