Que veux-tu manger demain ?

  

Synopsis

"Juste pour une histoire de Périlla, voilà que moi, chef de bureau renommé, je me fais insulter par Kuroe, un parasite que j’ai recueilli chez moi par simple caprice. Ce gamin a beau avoir un visage d’ange, c’est une véritable langue de vipère. Je l’ai ramené chez moi après qu’il se soit fait frapper en voulant vendre son corps, et depuis, il veut se rendre utile en me préparant à manger chaque jour. Pour être franc, je préfèrerais qu’il me laisse coucher avec lui quand j’en ai envie, comme mes autres partenaires, plutôt que de me faire la cuisine. En plus, j’ai du mal avec ce genre de gamin chiant. Mais ses petits plats sont tellement bons... Espèce d’incompétent ! Incapable !!"

Avis

Pariko London, habituée du catalogue Boy's love idp sort avec son dernier titre, Que veux-tu manger demain ? C'est le genre d'auteure possédant un style graphique très, trèèèès reconnaissable, et qui divise les avis. Soit on accroche à son style très arrondie, aux visages tout en courbe qui donnent un style très enfantin à ses personnages, soit on apprécie pas du tout. Pour ma part, je fais parti de la première catégorie de personne. Je m’achète la plus part de ces œuvres rien que pour son style graphique très atypique dans le monde du manga, où la plus part des visages posséderont des angles très carrés et tranchant. J'adore sa manière de faire des nez retroussés !

Ce tome est un recueil de quatre petites nouvelles, comme à l'habitude de Pariko London. Je serai bien curieuse de la voir sur une plus longue série, car sur l'ensemble de ces tomes, je n'ai pu voir que de très courtes nouvelles où l'intrigue n'a pas le temps de correctement être développée, malheureusement. La première, prenant trois chapitres, sur les six du manga, nous entraîne dans un festival de nourriture où Kuroe s'affaire à préparer des petits plats pour son hôte, Saegusa. Celui-ci l'a recueilli alors qu'il voulait vendre son corps… Je veux bien que Saegusa accepte de laisser ce jeune homme chez lui par « simple caprice » comme l'explique le résumé, mais je ne trouve pas ça suffisant… C'est une habitude ou quoi, d’accueillir des inconnus chez soit, nourri logé ?! Ce n'est pas la première fois que la mangaka nous fait ce coup là… Vraiment, ce n'est absolument pas crédible, et donne plutôt l'impression d'avoir été choisi juste pour la facilité. Chose que je n’apprécie pas trop. A part ça, Saegusa est le genre de personnage que je supporte pas, avec un côté petit sadique certes, mais là… C'est plutôt du sadisme désagréable, j'ai plutôt envie de le tarter, notamment quand il laisse son « petit ami » au main d'un stalker dans le train.. Finalement ça le fait même plutôt rire. De son côté, Kuroe n'est pas en reste non plus vu qu'il est très, trop candide, un peu idiot. Il se laisse malmener par Saegusa, mais je suis contente de voir que de son côté, il sait aussi sortir les griffes quand il faut. Au final ça donne un couple d'idiot, mais j'aime bien la nourriture évoquée là dedans… Heureusement pour moi qu'on n'en montre pas trop, sinon j'aurai terminé ce tome avec un paquet de gâteau avec moi..Pas terrible pour la ligne.

Les trois dernières histoires sont sympas, mais pas non plus extraordinaire. On a deux amis d'enfance qui fricotent ensemble après plusieurs années, un gars complètement ordinaire qui va finir, par la force des choses à passer son anniversaire avec une star canon qu'il déteste. Pour terminer, nous avons la dernière histoire à laquelle je n'ai pas vraaaaiment accroché, un peu tiré par les cheveux, où Amamiya découvre, après une soirée arrosée, un charmant jeune homme qui bizarrement, correspond exactement à son type de femme/homme. Bizarre bizarre tout ça.

Malheureusement, moi qui adore le style graphique de l'auteur, je suis très souvent déçue de ses histoires. C'est du vu et revu, et malheureusement, vu le peu de place que prend chaque histoire, nous n'avons pas le droit à une véritable intrigue digne de ce nom. Au final, cela donne des nouvelles peu intéressantes, et qui seront vite expédiées au placard si vous n'accrochez pas un temps soit peu au style de la mangaka. Mais étant une grande fane de sa patte graphique, je me sens toujours obligée de prendre, poussée par ma curiosité et mon espoir que sa nouvelle histoire soit meilleure que la précédente. Pour cette auteure, je vous conseillerai déjà plus « Won't you believe your destiny ? »

Décembre 2015

×