The process of the love story

    

Synopsis

"Katsumi, étudiant à l'université, est un colocataire exécrable. Il ne cuisine pas, il ne fait pas le ménage ou la lessive... C'est donc Akira, son ami d'enfance et colocataire, d'une patience à toute épreuve et légèrement maniaque de la propreté sur les bords, qui se charge de toutes les corvées et qui lui prépare ses repas. Katsumi pense pouvoir continuer à profiter indéfiniment de la gentillesse d'Akira, mais le soir où celui-ci découvre que Katsumi a ramené une call-girl à l'appartement, et qu'il a utilisé sa chambre par-dessus le marché, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Seulement, la situation prend une tournure nettement inattendue lorsqu'Akira propose à Katsumi de faire appel à lui plutôt qu'à une prostituée..."

Avis

Déjà, je dois dire que j'adore la couverture ! Elle est vraiment très jolie, bien colorée comme je les aime, fourmillant de détails. La position des personnages est elle non plus absolument pas laissée au hasard, et nous donne, avant même qu'on est ouvert notre manga, une forte symbolique sur ce que l'on va trouver à l'intérieur. Par contre un petit point me chagrine ; pourquoi avoir laissé le nom en anglais au final ? Comme le montre la couverture que j'ai utilisée, prise sur Nautiljon, l'idée de base était de mettre le nom en français. Pour une fois ça allait, ce n'était pas trop trop niais… Mais au final, on se retrouve avec un super long titre, pourquoi ? Enfin bon, au pire ce n'est pas le plus important.. Mais tout de même !

Chihaya Kuroiwa possède un style que j'aime énormément ! Comme j'avais déjà pu le dire lors de ma chronique sur Parce que c'est l'essentiel, elle possède un style graphique qui me tape dans l’œil ; de jolies visages, une manière de faire les cheveux juste « ommmg ! ». Ce titre là étant sorti une année avant l'autre, on retrouve quelques problèmes d'anatomie, du genre l’éternel corps bien plus grand que la tête.. Mais ça c'est devenu tellement classique que c'est presque troublant quand ce n'est pas le cas ! Mais en soit, j'adore son travail, et ses dessins sont vraiment très agréable à regarder !

 

L'histoire est à nouveau semblable à Parce que c'est l'essentiel. Il s'agit d'un simple tranche de vie, qui ma foi fait correctement son travail. Le manga est divisé en deux histoires ; La première nous parle de deux amis d'enfance colocataire. L'un d'eux est un véritable dépravé, ramenant de nombreuses prostituées pour un coup d'un soir, ne se gênant pas pour coucher dans n'importe quelle pièce de la maison, même dans la chambre de son coloc (le truc hard quand même !) Akira est la jeune homme tout mignon gentil de l'histoire.. Un peu idiot sur les bords, il laisse tout passer à Katsumi, qui est un sombre connard à qui j'aurai mis une baffe depuis bien longtemps… Ah l'amour ! Le pauvre Akira est tellement désespéré qu'il en vient même à s'obliger à faire certaine chose avec lesquelles il n'est pas forcement d'accord. On ressent toute sa détresse au fil des pages et j'ai souvent senti mon cœur se serrer.. Akira est la bonne poire qu'on a envie de serrer dans ses bras pour le protéger des monstres de l'extérieur !

La deuxième histoire nous parle d'un jeune étudiant avec son ancien beau frère.. La jeune femme du beau frère est alors décédée depuis presque quatre ans, mais cela n'empêche pas Setsu de venir pratiquement tous les jours pour manger avec le jeune employé… D'ailleurs j'ai trouvé Daisuke carrément trop canon ! Il a vraiment le physique de mon homme idéal, et déjà rien que pour ça gnaaaa °-° Leur histoire d'amour est très douce et toute mignonne.. Setsu représente la fougue que la jeunesse, contrairement à Daisuke est un peu plus posé.. Ces deux caractères permettent dans le même genre que Akira et Katsumi, un bon équilibre au sein du couple.

C'était en tout cas un chouette moment passé en compagnie de ce manga. Certes il ne possède rien d'extraordinaire qui pourra vous permettre de le trouver inoubliable, mais je sais d'avance que je prendrais plaisir à le relire par la suite, et à le garder dans ma bibliothèque.

Janvier 2016

Autres titres de Chihaya Kuroiwa

Parce que c'est l'essentiel

×