Violation

   

Synopsis

"Daisuke, lycéen, et Haruka, étudiant top model, sont demi-frères depuis que leurs parents se sont remariés ensemble. Daisuke est secrètement amoureux de Haruka mais à cause d'un traumatisme quand il était plus jeune, il a peur dès que quelqu'un le touche…Retrouvez dans ce livre ces deux frères pris dans un labyrinthe amoureux ainsi que plusieurs histoires mystérieuses et envoûtantes !!"

Avis

Avec un titre aussi évocateur, et un résumé des plus intéressant, le titre avait tout pour me plaire. Dans l’espoir de trouver un sujet sérieux, et un titre qui prendrait enfin le temps de traiter le viol, trop souvent répandu de manière délibérée dans le boy’s love, j’ai finalement décidé de me lire ce titre… Et quelle déception ! OH MON DIEU, mais quelle DECEPTION. Cela faisait bien longtemps que ça ne m’était pas arrivé.

Il y a seulement une trentaine de pages consacrées au résumé de l’œuvre. Avec un sujet aussi sensible et compliqué que le viol, vous vous doutez bien que c’est BEAUCOUP trop peu. Au final, l’histoire est bâclée, expédiée, et il en est de même pour les personnages. Face à un personnage aussi torturé par son passé que Daisuke, on attend un peu plus que deux pages pour t’expliquer ce qu’il a vécu, et une pauvre petite réaction qui est censé être son « traumatisme ». Le comble du comble, je pense, c’est quand les deux protagonistes s’envoient en l’air directement sur le carrelage juste après une crise de peur de Daisuke. PAR-DON ?! Ais-je besoin d’expliquer CE QUI NE VA PAS LA-DEDANS ?! Le viol est une intrusion autant physique que morale. Les victimes de ce genre d’abus sont souvent aidées, et gardent des séquelles à vie. Je ne supporte pas de voir ce genre de manga grotesque (ou maladroit ? Même si là, j’ai plutôt l’impression que ce n’est pas le cas, on se fiche juste de nous) balayer des sujets aussi graves.

Pour tout vous avouer, je n’ai absolument eu aucune envie de lire le reste du manga. De toute manière, avec une première histoire aussi catastrophique, que pouvait-on attendre des autres ? Et d’après les quelques avis que j’ai pu trouver sur le net, il semblerait que ce soit le cas pour le reste de l’œuvre. Je ne comprends pas comment on peut encore publier ce genre de chose, surtout lorsqu’on voit que Boy’s love idp publie ça juste avant l’arrivée de la collection Hana. J’espère qu’ils ne sortiront pas ce genre d’étron à un prix plus important que leur collection classique. Je vous déconseille fortement d’approcher ce titre, à part si vous souhaitez encore observer d’un œil consterné le genre d’œuvre qu’on aimerait ne PLUS voir dans nos chères éditions française.

Mai 2016