Ameiro Paradox #3

  

Synopsis

"Cela fera bientôt un an qu'Onoe et Kaburagi sont en couple lorsque Kasai, un nouveau journaliste intègre la rédaction. Onoe est très heureux d'avoir quelqu'un à prendre sous son aile, mais Kasai ne le voit pas de cet œil. Pour lui Onoe est un rival. Il ne tardera pas à s'aperçcevoir qu'Onoe récolte moins de scoops sans son partenaire et le voilà qui se met en tête de lui piquer Kaburagi."

Avis

Chronique des tomes 1 & 2

Alors que le second tome d’Aimero Paradox était sorti en 2012, le troisième tome pointe le bout de son nez fin de l’année 2015 pour la version japonaise et pratiquement un an après pour notre bonne vieille version française. Après tant de temps d’attente, que pouvons-nous espérer de ce troisième tome, qui conclura peut-être enfin la série ?

 

 

Nous retrouvons nos personnages un an après le début de leur relation, continuant à travailler ensemble et partageant leur vie extérieure entre leurs deux appartements. Et qui dit nouveau tome, dit nouvel élément perturbateur dans leur train-train habituel. Celui-ci prendra alors la forme d’un nouvel arrivant dans leur boite, qui travaillera avec Kaburagi, ce qui obligera Onoe à travailler à nouveau seul. Une tension s’installe très vite entre Onoe et Kasai, celui-ci ne pouvant s’empêcher de provoquer le journaliste et le faire sortir de ses gongs. Une certaine compétition sera alors mise en place au fur et à mesure des pages où nous pourrons voir Kasai faire des crasses à Onoe, et surtout, Kaburagi surveiller tout ça avec son éternel flegme extérieure.

J’ai bien aimé. Onoe me fait toujours autant rire, il est à la fois brillamment intelligent et horriblement idiot. Mais c’est aussi ce qui fait son charme selon moi. Kasai est l’archétype du mec arrogeant et trop sûr de lui, débarquant en pensant tout savoir. Mais comme souvent, on vient à découvrir une facette du personnage qui nous permet de nous attacher un peu plus à lui. Et comme à son habitude, Kaburagi est le type un peu plus en retrait, soutenant Onoe et débarquant quand les personnages en ont besoin pour jouer de sa classe intergalactique et les sortir d’un mauvais pas. Au final, le scénario de ce troisième tome ressemble un peu à celui du premir, bien que celui-ci mettait en scène Onoe et Kaburagi, alors qu’on est maintenant sur du Onoe Kasai. Le même schéma est reproduit sans que pour autant se soit désagréable. A la fin, nous avons même le droit à des minis petites histoires, les mettant en scène dans un crossover, pendant leur vacance, etc…

 

 

Mais soyons clair, c’est le genre de tome 3 parfaitement dispensable. Nous aurions pu très bien nous arrêter au deuxième tome comme en 2012 que nous en n’aurions pas été plus frustré. Néanmoins, ayant une attache parfaite à cette mangaka et notamment à Ameiro Paradox que j’avais a-do-ré, je suis plus que contente de pouvoir retrouver ce couple déjanté le temps d’un nouveau tome.

Octobre 2016