Kuroneko

    

Synopsis

"Plusieurs fois abandonné par les humains quand il n’était encore qu’un chaton, Shingo n’arrive plus à faire confiance à qui que ce soit, de peur d’être encore une fois laissé. Aujourd’hui adulte, il profite de sa nature de chat-garou pour aller et venir comme il le veut, surtout quand il s’agit de coucher avec des hommes. La journée, il travaille sur les plateaux de tournage où il monte et démonte les décors. C’est là qu’il fait la rencontre de Kakami Keiichi, l’acteur le plus populaire du Japon. Pour on ne sait quelle raison, ce dernier semble très intéressé par Shingo et n’hésite d’ailleurs pas à le droguer pour coucher avec lui. À son réveil, Shingo réalise que sa véritable nature a été découverte, mais surtout, qu’il n’est pas le seul animal dans la chambre."

Avis

Aujourd'hui, parlons d'un sujet qui saura ravir les fans de boy's love que nous sommes, et l'âme de perverse plus ou moins enfouie que nous avons. Je ne savais pas vraiment comment présenter cette chronique, j'ai finalement opté pour une générale sur l'ensemble des titres Kuroneko sortis actuellement, c'est à dire quatre. Dans l'orde chronologique nous avons donc :

 

Kuroneko – le jeu (One shot)     Kuroneko – La dépendance (One shot)      Kuroneko – La passion (Deux tomes)

 

Kuroneko est un manga animorph que je trouve très sympa ! J'ai eut beaucoup de mal à me mettre à cette série, car je n'aime vraiment pas le style de dessin. Enfin, on va plutôt dire que je déteste la manière dont la mangaka fait les yeux, avec beaucoup de cils, ceux qui leur donne des fois des regards très étranges ! Le genre de détail idiot qui m'a bloqué pendant tant de temps, pour au final passer au dessus pour me pencher sur cette série (et d'ailleurs, j'ai même remarqué que le dessin ne me rebutait plus autant qu'avant grâce à ça !) Par contre, j'adore comment elle dessine les animaux, surtout la forme animale de Shingo

Ce titre saura satisfaire les plus averties d'entre nous, car, n'allons pas par quatre chemins ; c'est super super super érotique. Déjà, trois des quatre tomes de la série s'ouvrent sur des scènes de sexe super intenses (et en couleur, avec papier glacé s'il vous plait, on fait les choses biens chez Taifu !), et l'ensemble de la lecture est parsemées de scène érotique. Je pense d'ailleurs qu'il y a plus de ce genre de pages, que de trame à l'histoire… Cela peut-être une qualité comme un défaut pour ceux qui apprécie les histoires bien développées dans les boy's love. Car ne vous attendez pas non plus à une histoire de dingue, je pense que ce manga se lit plutôt pour les relations bestiales et intenses entre les personnages.

Il suffit de voir le titre des différents manga de ce titre. Entre leur début de relation à être « sex friend » sous la forme d'un « jeu », l'évolution des sentiments, avec le petit chat continuellement abandonné qui finalement s'accroche plus qu'il ne l'aurait voulu dans « Kuroneko – La dépendance » on arrive au summum de leur relation charnelle dans « Kuroneko - La passion », où les deux amoureux décident alors d'aménager ensemble. Une grande étape pour eux, où leur relation est d'un seul coup plus « officielle », et les enjeux bien différents du début. C'est aussi l'occasion, dans « Kuroneko – La passion » de découvrir la famille de Kagami qui jusqu'à là était encore très mystérieux. Alors qu'on connaissait plus ou moins le passer de Shingo, Kagami était encore pour nous une star plein de strass et de paillette aux passés obscurs.

Il est certain que ce couple a encore beaucoup de chemin à faire, et j'ai hâte de voir le reste de la série arriver en France. Car entre les différents spin off, dont un annoncé pour les prochains mois, nous avons encore de quoi nous mettre sous la dent avec ces félins toujours aussi séduisants et érotiques ! Je vous conseille le titre si vous êtes amateurs de sexes intenses, non censurées dans le boy's love, histoire que vous sachiez là où vous mettez les pieds.

Mars 2016

Autres titres de Ukyo Ayane

Adolescence boy & it

Kuroneko - La Tourmente

×