Love Whispers

  

Synopsis

"Mayama et Yumi sont deux amis qui se connaissent depuis le collège. Séparés au moment de leur entrée au lycée, ceux-ci se retrouvent quelques années après par hasard. Alors que Mayama est à l'université, Yumi travaille dans un restaurant en tant que livreur. Malgré ces années passées sans donner de nouvelles, aucun n'a oublié l'autre, notamment Mayama qui a toujours été captivé par la joie de vivre apparente de Yumi. Désormais installé avec son petit ami, ce dernier semble cependant vouloir dissimuler certaines choses à Mayama qui compte bien découvrir ce que cache le sourire de son ami…"

Avis

Ogeretsu Tanaka était, avec Harada, la deuxième mangaka que j’attendais le plus pour cette année 2016. Elle manquait cruellement au catalogue français, et je suis contente de voir que l’on répare enfin cet oubli ! Love Whispers even in the rusted night est d’ailleurs un très bon choix pour introduire cette mangaka, car il donne directement le ton du travail de Ogeretsu Tanaka : le combo délicieux d’un dessin parfait, et d’un scénario en béton armé.

 

 

Love Whispers even in the rusted night parle d’un sujet encore très peu abordé dans les boy’s love, et le fait bien : les violences conjugales. Avec ce genre de thème, pas intérêt de faire quelque chose de trop léger. Oh non ! J’ai adoré l’histoire, qui trouve toujours le ton juste. Elle était drôle, et tragique, sans pourtant en faire trop. Et surtout, elle tient la route, chose rare de nos jours dans les boy’s love. Nous n’avons pas un scénario qui est vite ébranlé et balayé comme un fœtus de paille à la moindre occasion !

Les personnages sont authentiques. Yumi est génial, à la fois drôle et touchant. Il ne cherche pas à se morfondre et bien qu’il préfère s’enfoncer dans sa situation, passif, il ne cherche néanmoins pas à s’attirer les bons sentiments de Mayama. Cette vie-là semble à présent lui être naturel, et il préfère voir le bon côté des choses. Mayama, de son côté est très attendrissant. Il ne lui aura fallu que très peu de temps pour mettre à jour les vives blessures de Yumi, et son côté protecteur cherchera donc à pouvoir aider le jeune homme. Tout maladroit qu’il est, je craque, je le trouve absolument adorable ! Même Kan, qui tient ici le rôle du méchant, s’avère être un personnage plus complexe qu’on ne pourrait le croire. Ogeretsu Tanaka lui consacre même un spin off entier, et je trouve ça intéressant de prendre la position du bourreau et non pas celle de la victime pour une fois.

 

 

Ogeretsu Tanaka est sans conteste l’une de mes mangaka préférée ! Alors, pour une fois, je vous le demande directement ici : foncez ! Courrez-vous acheter ce titre-là, car il le mérite, il mérite vraiment d’être lu du plus grand nombre ! Et surtout, de permettre à cette mangaka de rencontrer son petit succès en France, qui entrainera donc les traductions de ses autres œuvres, toutes aussi excellentes que celle-ci. Et bien que j’aime lire en anglais, je ne dis pas non aux mangas dans ma langue maternelle, et surtout, bien en évidence dans ma bibliothèque !

Juillet 2016