Color Recipe #1

  

Synopsis

"Shôkichi est un coiffeur très impliqué dans son travail, mais qui souffre de son manque de courtoisie. Son quotidien va être bouleversé le jour où Fukusuke, un célèbre coiffeur intègre son salon. Loin d’être aussi asociale et rigide que Shôkichi, Fukusuke est plutôt insouciant et sarcastique. Cette opposition va rapidement rendre leurs relations très compliquées. Cependant, certains événements étranges vont amener les deux hommes à se rapprocher. Shôkichi changera-t-il d’avis sur ce collègue qui s’est incrusté dans sa vie... pour le meilleur... et le pire ?"

Avis

Merci à Taifu Comics pour ce service presse !

Bon je pense qu’il n’est plus nécessaire que je fasse l’éloge d’Harada non ? Si ? Enfin, voyons, vous savez à présent que j’adoooooooore cette mangaka. Vraiment, elle fait partie de mon top 3 d’auteur préféré quoi, c’est quand même pas rien ! Elle a fait énormément de titre que j’ai quasiment tous lu en anglais, donc je suis toujours heureuse de voir arriver chacun d’entre eux petit à petit en France.

 

 

Déjà je dois dire que la jaquette en jette ! Mais genre, vraiment. Ce fondu de rouge vers l’orange ainsi que Fukusuke qui a une tête juste……hyper énigmatique, on se demande s’il va venir nous étriper ou juste nous étouffer. Et puis la police avec cette triple couleur qui donne un côté 3D. Bref, un sans-faute à ce niveau-là. Sachez aussi que le manga se voit fourni de plusieurs pages en couleur, et cela même au milieu du tome… On voit que Taifu a vraiment travaillé l’édition de ce titre et ça fait super plaisir.

Ce premier tome de Color Recipe est comme tout travail d’Harada : graphiquement impeccable mais salement glauque et dérangeant. J’crois que si Harada venait à faire des trucs mignons je commencerai à me poser de sérieuse question… Les personnages sont intéressants, mention spéciale pour Shôkichi que je trouve juste trop mignon. Il est dévoué à son travail, peut-être même un peu trop, mais au moins on sent la passion derrière tout ça. Il a tendance à se laisser un peu manipuler sans s’en rendre compte mais n’est pas non plus complètement passif. Notamment lors de l’arrivé de Fukusuke dans son salon qu’il ne voit pas d’un très bon œil. Je peux le comprendre, Fukusuke a des manières de faire vraiment très désagréable et un peu douteuse.

 

 

Quand vient la fin du manga, on n’est absolument PAS PRET. Harada nous lance une grosse bombe puis s’en va, comme ça. A vrai dire au début je pensais que c’était un one shot quand je l’ai lu en anglais il y a quelques mois. Je pensais donc qu’Harada nous laisserait dans cette fin…étrange, bizarre, dérangeante. Finalement non, nous aurons la suite. Au vue du tournant pris par les personnages je me demande vraiment comment se continuera l’histoire. Harada a su une nouvelle fois m’intriguer et me capter assez pour que je sois dans l’attente du tome 2 sans rester frustrée.

Cela dit, je ne conseille pas ce titre aux personnes sensibles qui veulent lire de belles histoires d’amour. Sans spoiler…Non, vraiment pas. De toute manière, si vous connaissez Harada, vous devez déjà savoir à quoi vous attendre non ? Pour les autres, et bien, sachez que la mangaka ne fait pas vraiment dans le mignon, au moins, vous êtes prévenus !

Octobre 2017

Autres titres d'Harada

The song of Yoru

Yata Momo

×