Gun & Heaven

 

Synopsis

"J.B. et Roy sont deux tueurs à gages qui vivent ensemble. Recevant des demandes de clients, ils mènent une existence isolée dans diverses villes à travers le monde en dissimulant leur véritable identité. Un jour, Roy enfreint cette règle en s'impliquant trop personnellement dans une affaire. J.B. ayant été témoin de la scène, le met en garde. N'en pouvant plus d'être infantilisé par J.B., Royaccepte à son insu une mission de la CIA qui consiste à s'infiltrer dans le serveur principal de l'ATF."

Avis

Avant lecture, je me suis un peu inquiétée de savoir si je pourrais correctement lire Gun & Heaven n’ayant pas lu la série dont il est le spin-off, à savoir Kizuna. Finalement, après lecture, il s’avère que nous pouvons complètement comprendre l’histoire sans avoir lu Kizuna, et tant mieux !

 

 

J’apprécie particulièrement le trait de Kuzuma Kodaka, dont j’ai lu bon nombre de doujinshi sur différentes séries ainsi que plusieurs de ses histoires. Dans Gun & Heaven, nous suivons les aventures de Roy et J.B, en couple et habitant ensemble depuis plusieurs années. Du coup, au lieu de s’intéresser à la naissance d’une histoire d’amour entre eux, on s’intéresse plutôt à des petits épisodes de leur vie. On découvre plusieurs situations rocambolesques dans lesquelles ils sont amenés à être au vu de leur profession particulière. J’aime beaucoup cet univers un peu mafieux et policier, on ne sait jamais ce qui va pouvoir se passer pour les personnages.

En soi, l’intrigue policière n’a rien de bien compliqué mais elle reste néanmoins intéressante et nous permet de suivre d’autres personnages et la création d’autres petites histoires d’amour. A côté, j’ai bien aimé Roy et J.B. Comme à son habitude, Kuzuma Kodaka nous offre des scènes très sulfureuses et vraiment très graphiques.

 

 

De manière générale, Gun & Heaven est un spin off qui permet de connaître un peu mieux les personnages de Kizuna, à posséder si vous avez lu la série principale. Pour les autres, l’histoire reste intéressante bien que loin d’être indispensable. Je suis néanmoins très contente d’avoir lu une autre œuvre de Kuzuma Kodaka, j’aime toujours ce qu’elle fait.

Juillet 2018