Hearty

  

Synopsis

"Le mensonge... C'est de cette façon qu'Honma, un jeune salaryman gay, se rapproche des personnes qui l'entourent. Ce moyen lui permet de faire face à n'importe quelle situation et d'enchaîner les histoires sans lendemain. Un jour, lors d'une réunion de groupe universitaire, il fait la rencontre d'un étudiant du nom d'Ikai. Attiré par celui-ci, Honma décide de mettre à profit ses talents de menteur pour se rapprocher du jeune homme et le mettre dans son lit. Cependant, sous ses airs timides et innocents, Ikai semble s'apercevoir de ses réelles intentions. Un mois... c'est le temps qu'il laisse à Honma pour montrer que ses sentiments sont sincères. Notre salaryman se laissera-t-il prendre à son propre jeu ?"

Avis

Merci à taifu pour ce service presse !

J’ai découvert Yuko Yoshida avec son titre The dream land qui n’avait pas réussi à me convaincre, que ce soit pour son histoire et son dessin. Autant dire que quand j’ai réalisé que Hearty était de cette mangaka, j’ai vraiment eu peur. Surtout que j’attendais beaucoup de ce titre. Non mais regardez-moi cette jaquette et cette couverture de toute beauté ! J’adore les couleurs utilisées, et le reflet que l’on voit dans l’œil d’Ikai.

Finalement, je suis soulagée, et plutôt surprise. Bien que dessiné deux ans avant The dream land, j’ai préféré le trait de l’auteur dans ce manga là que l’autre, à ne rien y comprendre. Je m’étais lancée dans la lecture sans ne rien connaître de l’histoire, la couverture avait déjà réussi à me séduire. J’ai été agréable surprise de tomber sur un personnage principal manipulateur, bien qu’au final, si vous lisiez le synopsis, vous le saviez déjà. Les premières pages ne laissaient pas refléter ce trait de caractère, si ce n’est un petit côté désespéré de Honma. Donc quand on comprend ses réelles intentions, j’ai vraiment été surprise, et je me suis rendu compte que j’aimais beaucoup ça. C’est rare de se placer du point de vue du « méchant » et c’est quelque chose que je trouve vraiment bien.

 

 

Ikai est très intéressant aussi, tellement que je suis frustrée de ne pas avoir pu voir se développer un peu plus le personnage. Pour ce qui est de Honma, même si je trouve qu’il retourne vite sa veste, je peux encore l’accepter. Mais pour Ikai, vu ce qu’il commençait à évoquer avec sa manière de ressentir quelque chose, j’aurais aimé voir plus de temps consacré sur la découverte de ses propres perceptions. Il semble tellement innocent, et pourtant ne se laisse pas amadouer par le caractère d’Honma qu’il aurait été intéressant d’approfondir ce trait de caractère.

Dans l’ensemble, c’est un titre sympa. C’est assez doux malgré le côté manipulateur de Honma, et très safe. On voit une belle remise en question de la part des deux personnages qui se posent les bonnes questions. Comme quoi, il ne faut jamais s’arrêter sur le premier titre d’une mangaka, suivant le travail qu’elle effectue, ou le thème qu'elle aborde, il est possible qu'une autre de ses oeuvres vous plaise un peu plus.

Juin 2017

Autres titres de Yuko Yoshida

The Dream Land

×