The first love melt in ultramarine

  

Synopsis

"En rentrant dans la salle de musique de son lycée pour y voir son oncle, Kengo fait la rencontre d'un garçon calme et introverti, Yoshioka. Son oncle lui demande alors de devenir son ami et d'essayer de le faire retourner en cours. En effet, les deux garçons sont dans la même classe, mais Yoshioka n'a encore jamais assisté aux cours. Quelles-sont les raisons qu'ont amenés Yoshioka à ne plus se présenter en classe ? Kengo réussira t-il à le faire s'ouvrir aux autres et retrouver le sourire ?"

Avis

Merci à Taifu pour ce service presse !

Je crois que Ringo Yuki se hisse sans la moindre difficulté dans mon top mangaka. Chacune de ses œuvres est belle, et se retrouve être un véritable plaisir de lecture. Elle a la faculté de pouvoir utiliser un contexte très souvent vu et revu, ici le tranche de vie scolaire, pour donner une très belle histoire, touchante et pleines d’émotions. Car, comme d’habitude, elle sait insuffler ce petit truc qui rend l’histoire intéressante.

 

 

Ici, le thème du harcèlement scolaire est très bien géré. The first love melt in ultramarine dépeint avec justesse, sans tomber non plus dans le mélodramatique, un sujet sensible qui touche beaucoup d’élève. Le personnage de Yoshioka est très touchant, son silence vaut milles mots. Beaucoup de ses sentiments passent par son visage. Kengo est très mignon avec son combat pour sauver Yoshioka. J’ai trouvé que malgré toutes les choses qu’il a pu apprendre, il a réussi à se montrer très juste, et à réagir de la bonne manière. Son impulsivité dans certain cas était compréhensible. C’est un duo qui marche très bien, comme à chaque fois dans les titres de Ringo. On retrouve un couple intéressant, mignon, respectueux, et drôlement réaliste. C’est ce que j’aime le plus dans le travail de Ringo, c’est que finalement, rien ne semble exagéré, survendu pour donner une impression de grandeur dans l’œuvre. L’auteur se contente de montrer le quotidien de jeunes lycéens, et c’est de cette manière que je repère les bons tranches de vie. 

 

 

Je pense que vous avez à présent compris que j’aime énormément son travail. Si l’on ajouté à cela un très beau dessin avec des traits précis, des visages délicats, une certaine poésie et douceur qui s’en dégage, on tient là un très bon manga. Mais si je peux vous conseiller The first love melt in ultramarine, je ne peux aussi que vous conseiller toutes les œuvres de Ringo Yuki, qui me régale toujours. Elle fait partie de ces mangakas pour qui je n’ai plus vraiment de doute. J’aime, et j’aimerai encore longtemps son travail.

Août 2017

Autres titres de Ringo Yuki

Goodbye Lilac

Konshoku Melancholic

Tamayura

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×