Tokyo boy meets country

  

Synopsis

"Chiaki s'est fait avoir. Au travail par son propre grand père, on lui propose un "super" projet et est tout de suite envoyé à Hokkaido… et se retrouve en plein milieu de la cambrousse !? 
Trahi et perdu, le petit citadin coincé et un peu trop capricieux se voit obligé de travailler avec le paysan des ces terres, Soichiro, pour se payer lui même son billet de retour.
Sauf qu'il y a un problème, on avait prévenu Soichiro qu'une femme devait venir pour être sa potentielle future femme, mais Chiaki est un homme. Ce léger malentendu risque de créer des complications !"

Avis

Je vais vous apprendre quelque chose, mais je suis une femme de la campagne. Une petite paysanne comme on pourrait même le dire. Je suis peut-être née dans le 77, mais j’ai passé toute mon enfance et mon adolescence entre quatre champs et une forêt, à aider ma maman planter un potager et ramasser les légumes une heure avant de faire la préparation du repas du midi. Alors Tokyo boy meets country, ça m’appelle, ça m’intéresse.

 

 

Ce manga est sympa, sans grande prétention. Si le dessin ne me plait pas forcément de par de gros problèmes de proportion des fois et une très grande absence de décor, l’histoire rattrape un peu cela. Bon, ne vous emballez pas, ne pensez pas qu’on est devant un chef d’œuvre. Loin de là. Je le mettrai dans la catégorie des livres qu’on oublie vite. Non pas qu’il n’est pas bien, mais il ne possède rien qui en fait un titre à garder en mémoire.

Chiaki est plutôt mignon dans son genre. Il se montre arrogeant, et désagréable au début mais ce trait de caractère s’efface vite au fur et à mesure du temps. Sôichirô est plutôt secret, on ne connaît quasiment rien de lui, même à la fin du manga. Que fait-il là ? Pourquoi est-il seul depuis aussi longtemps ? Ce trait plutôt effacé du fermier est dommage, car au final on a du mal à s’attacher au personnage devant le peu d’information à son sujet.

 

 

Les interactions entre les personnages sont sympas, assez drôle. Les situations sont des fois cocasses bien qu’un peu grotesque, que ce soit la venue d’un autre personnage ou encore la première scène intime entre les deux personnages. De plus, on retrouve les classiques quiproquos qui amènent les personnages à se déchirer. Un tas de petite chose qu’on retrouve classiquement dans ce genre d’œuvre, qui n’est donc pas un problème en soit tant ce schéma est classique.

Tokyo boy meets country est donc une romance légère, classique, mais qui fait du bien au moment de la lecture. Les deux personnages sont agréables et consentants, et rien que pour ça, j’apprécie.

Mai 2018

×