Void

  

Synopsis

"À l’occasion de son anniversaire, Maki reçoit comme cadeau Arata, un humanoïde fabriqué par les humains pour devenir son « animal de compagnie ». Une surprise qui n’enchante guère Maki, jusqu’à ce qu’on lui annonce que ce dernier a la particularité d’avoir les gênes du défunt Ren, l’homme qu’il aimait et qui l’a trahi par amour pour son grand frère. Le cœur de Maki n’ayant jamais pu soigner sa profonde blessure, pourra-t-il se venger sur Arata et obtenir l’amour inconditionnel qu’il espérait tant de la part de Ren ?"

Avis

Zariya débarque enfin en France et je peux vous dire qu’il était temps ! Pour ceux qui ne connaitraient pas l’artiste, Zariya fait des trucs que j’ai toujours trouvés très sympathique. Certain de ses récits sont très intéressants, tandis que d’autres sont plutôt hyper cru et hard. En même temps quand on voit le coup de crayon, on a clairement envie de voir de charmant jeune homme entièrement nus qui s’emboitent les uns avec les autres !

Void est un titre science-fiction vraiment très bon. Dans un monde où les humanoïdes sont développés au point de devenir des personnes à part entière, on s’intéresse à Maki, homme au passé sombre et tumultueux. Il se retrouve à devoir héberger Arata, un humanoïde modifié tout fraichement né. Outre les problèmes liés à l’origine d’Arata, on va donc s’intéresser à leur relation et à Maki qui cache beaucoup de secret.

 

 

Les personnages sont intéressants, complexes. Maki peut se révéler aussi gentil que méchant, faisant de lui un protagoniste qu’on a du mal à cerner au début. Arata lui, est la candeur incarnée, il représente une forme pure d’un être humain en étant un humanoïde sans véritable expérience. Il ne semble exister que pour servir son humain mais se révèle finalement petit à petit être plus que ça.

Je trouve Void très intéressant pour les points qu’il soulève. Quand on voit l’avancée scientifique et le développement de plus en plus important des IA, on en vient à se demander si un jour de telle chose ne pourront pas finalement exister. Après je sais bien qu’on ne se pose pas ce genre de question quand on lit un manga, mais moi j’aime bien me prendre la tête en prime !

Pour terminer, j’aimerai vraiment revenir sur l’œuvre en général. Je trouve le travail d’édition de Taifu vraiment très bon. A ma connaissance, si on enlève l’édition limitée de In these Words, c’est la première fois que la maison d’édition propose un tel format. Plus grand pour profiter au maximum des dessins de l’auteur, j’aime aussi beaucoup la texture de la couverture. A noter que le manga ne possède pas de jaquette, et son format d’édition s’approche donc plus des publications US, pour avoir certain yaoi US dans ma collection. J’adore l’idée et j’espère que Taifu aura la possibilité de faire ça un peu plus souvent.

Novembre 2017