Mords-moi si tu peux !

  

Synopsis

"Si l'on vous dit qu'un vampire brille parfois au soleil, cela vous évoque-t-il quelque chose ? Pour Mike, le jeune alpha de la meute Hollyster, c'est surtout synonyme d'ennuis. De gros ennuis Surtout quand le vampire en question est Cody Latimer, enduit de colle et de paillettes par ses Bêtas le jour même de la rentrée. Entre les loups-garous et les vampires, cette agression signe le début d'une guerre des blagues aux conséquences aussi loufoques qu'inattendues."

Avis

Mords-moi si tu peux ! est la lecture feel good du moment ! Le genre de livre qui me fait tellement accroché que j’ai du mal à faire autre chose à côté. Je me retrouve à le sortir partout, à éclater de rire dans le métro devant le regard éberlué des gens qui n’ont surement pas vu souvent quelqu’un s’éclater autant sur son bouquin. Et louper mes arrêts aussi…Et oui, la vie est bizarrement plus compliquée quand on est happé par un bon livre !

Je me suis plongée dans Mords-moi si tu peux sans rien connaître du titre. J’en avais simplement entendu parlé sur certain blog, et de toute manière, dès qu’on commence à parler de loup, j’accours. Donc autant dire que j’ai été surprise à la lecture de ce premier tome, peut-être parce que je ne m’attendais pas du tout à cet univers. Mords-moi si tu peux est à ranger pour moi dans les lectures plus teenager. On suit des adolescents/jeune adulte d’une vingtaine d’année à la fac, donc autant dire que le public visé peut-être assez large. Que ce soit les jeunes qui se retrouveront facilement, que même les personnes plus âgées à qui cela rappellera peut-être des souvenirs ? C’est néanmoins un moment très intéressant que nous passons avec Mike et Cody, ainsi qu’avec les personnages secondaires qui ont tous le droit à leur petit développement, et rien que ça je trouve ça louable.

C’est plutôt bourré de bon sentiment, le genre de truc pour vous faire passer un bon moment. Il n’y a pas vraiment de thématique difficile abordée, et même lorsqu’on parle d’un refus sur l’homosexualité, celui-ci ne se présente pas de manière complètement noire et négative. J’ai beaucoup aimé suivre les péripéties rocambolesques des deux jeunes hommes, dont les blagues et les situations cocasses ne volent pas très haut. Si vous avez le rire facile, le livre marchera très bien sur vous. Mais vous pourrez tout aussi bien vous sentir complètement exaspéré, et je pense que là est la subtilité entre ceux qui apprécieront et n’apprécieront pas l’œuvre. De mon côté, je fais partie de la première catégorie. Je suis charmée par la plume dynamique, cette façon si complice de s’adresser au lecteur pour lui confier les doutes et quelques anecdotes sur les personnages, afin que nous puissions encore plus nous imprégner d’eux.

Au final, je vois plutôt le premier tome de Mords-moi si tu peux comme une introduction à la série. L’auteur met en place pas mal de chose tout au long du roman, pour nous lancer dans le flou avec plusieurs questions que nous nous posons. Je recommande Mords-moi si tu peux pour une lecture non prise de tête, et tendre.

Février 2017

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×