Dé/connexion

   

Synopsis

"Tout contact physique est interdit. Le sexe ? Un crime grave. Des uniformes isolants et des gants privent les porteurs des touchers les plus platoniques. Les citoyens se rendent en file indienne à des maisons de simulation pour obtenir leurs orgasmes rationnés sur prescription dans des machines de réalité virtuelle. Keith Borden travaille depuis des années dans une maison de simulation, et jamais il n’a été tenté de briser la loi interdisant tout contact… jusqu’à l’arrivée d’Aiden Maxwell. Ce patient jeune et dangereusement charmeur l’invite à découvrir le monde souterrain obscur où les gens s’adonnent à un sexe réel, sans simulations. Keith y joue sa carrière et sa liberté, mais il est curieux et Aiden est irrésistible. Dès que Keith met le pied dans cet univers de chair et de fantasmes, il est accro. Au sexe, à l’ambiance et, surtout, à Aiden. Après des années à repousser le monde entier, Keith rêve plus que tout de contact humain, et Aiden le lui offre librement : du sexe torride, de la tendresse, et tout le reste."

Avis

La lecture de ce titre fut, je dois l’avouer, plus que troublante… Le synopsis a su directement me toucher, je l’ai trouvé horriblement original, de par son univers futuriste et à fois captivant et terrifiant. Dans ce monde où tout contact chaleureux a disparu, il est difficile de s’identifier ne serait-ce qu’un instant. On se pose des questions ; sommes-nous capables d’en arriver à un tel extrême, où le moindre contact, notamment le contact sexuel, est illégal ? Je ne pense pas, du moins je n’espère pas, mais de toute manière, je ne serai pas là pour me rendre compte de ça !

 

 

Face à cet univers glacial et robotique, le contraste de l’apparition d’Aiden dans la vie bien mécanisée de Keith fait l’effet d’une trainé de poudre. Chaque chose qu’il lui fait découvrir, une explosion au creux de l’esprit de l’homme n’ayant jamais remis en doute la société même ainsi que sa vie. On assiste à un merveilleux tourbillon de sentiments, alors qu’Aiden attire Keith dans cette face soit disant sombre de leur monde, et qui se révèle plutôt être un mélange explosif de sentiments. Comparé aux restes, la passion déchainant vite les deux amants semble quasiment… Irréel. Tout est amplifié par ces sentiments d’interdit et de découverte. Keith sera tout le long tiraillé entre ses désirs et la raison, entre ce qu’il pense être bien ou mal.

J’ai été complètement transporté par cet univers. C’est sulfureux (voir ultra torride) à souhait, car Keith expérimente tout, lui qui était stérile de toute caresse et de tout sexe réel. J’ai été écœurée par ce monde, où les parents ne touchent même pas de leurs peaux leur enfant, où les mariages sont choisis par l’état, et où les seuls orgasmes que l’être humain peut avoir, sont dans une cabine avec un programme informatique. J’ai vibré face aux deux amants, face à ce qu’ils traversent, ensemble, où l’un soutenant l’autre, de loin. Dans ce monde entièrement surveillé, peu d’endroit offre une certaine sécurité. Le récit a su me tenir en haleine jusqu’au dénouement final, et je le conseille aux amateurs de sensations fortes et de sexe !

Juin 2016

Ajouter un commentaire