Masques

  

Synopsis

"Daniel mène une vie d’adolescent ordinaire jusqu’au jour où il se voit forcé de déménager à l’autre bout de la France. Là-bas, il décide de se réinventer une vie et une ligne de conduite ; fini les histoires d’un soir et les excès en tout genre – ou presque. Il prend enfin le contrôle de sa vie. C’était sans compter l’entrée fracassante de son voisin dans sa vie : Loan. Ils sont aussi différents que le jour et la nuit : l’un est gay, rayonnant et amusant. L’autre est homophobe, sombre et sarcastique.

Deux masques, deux facettes d’une même pièce.
« Qui se ressemble s’assemble » prétendent certains. « Les contraires s’attirent » clament d’autres.
Et si les deux étaient possibles ?
Mais comment aimer autrui lorsque notre propre reflet nous fait horreur ?

Quand les masques tombent, peut-être est-ce là que tout commence."

Avis

Etonnement, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire de Masques. J’en avais entendu de très bons avis, et je dois dire que je me suis alors lancée dans la lecture sans le moindre souci. Au final, j’ai eu beaucoup de problème avec le personnage de Daniel, que j’ai trouvé exécrable. Je ne sais pas trop pourquoi, mais il me tapait sur le système, lui et sa bande de gonzesse idiote. Typiquement le genre de lycéen que je détestais quand j’étais moi-même en cours : toujours à critiquer, à être désagréable, à se permettre des jugements sur les autres. L’histoire avec Morgan, pour ne citer que ça, m’a laissé un arrière-goût amer, et j’avais donc beaucoup de mal à compatir à ses problèmes. Au final, j’étais presque contente de le voir souffrir. Je ne sais pas si c’était le but initial, mais ça m’a particulièrement troublé du coup.

Petit à petit j’ai réussi à apprivoiser le jeune homme. Néanmoins, je n’ai jamais réussi à accepter ses cruches de copines. Entre Oriane et Nadia, aucune pour rattraper l’autre.

A côté de ça, j’ai par contre beaucoup aimé la relation entre Loan et Daniel. Dès le début c’est très brutal, sauvage et plein d’étincelle. C’est un amour haine assez intense, et on retient son souffle à chaque fois qu’ils se croisent, de peur que ça éclate et que les personnages perdent pied. On passe de la haine pure à une attirance importante de manière plutôt naturelle, l’auteur a su gérer les évènements et nous retranscrire beaucoup d’émotion. Les personnages ont leur faiblesse, chacun, et malgré leur défaut, montre aussi petit à petit leur qualité. Je pense notamment à Loan, que j’ai trouvé très complexe, mais vraiment merveilleux. C’est fascinant de voir la justesse qui compose ce personnage.

Je pensais accrocher plus que ça à Masques. Surtout par rapport aux thèmes, c’était fort, plein d’émotion, et on ne s’ennuie jamais. Les personnages sont entiers. Mais je crois que c’est aussi ça qui m’a gâché ma lecture. J’ai eu pendant plus de la moitié du roman beaucoup de mal à apprécier le personnage principal, j’étais donc en retrait, et je ne me suis pas investie complètement dans ma lecture. C’est vraiment dommage, car c’est un bon titre, et que je comprends parfaitement les éloges qu’il a reçus. Je peux donc très bien vous le conseiller, car le problème que j’ai rencontré avec Masques est vraiment personnel.

Août 2017

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×