L'ironie d'un Sort : l'intégrale

  

Synopsis L'Ironie d'un sort

"Alan est un jeune coiffeur à la vie complexe. Fraîchement majeur, il découvre la vie trop tôt, trop jeune, et traîne depuis un passif lourd à gérer. Au fil de ses rencontres, il fait des choix, parfois bons pour lui, parfois plus controversés. Pourra-t-il, seul, reprendre sa vie en mains ? Ou est-ce le destin qui, par l’ironie du sort, va guider ses pas sur le chemin d’une vie plus stable ?" 

Synopsis L'Ironie du destin

"Jesse Delgrange est étudiant en droit. En collocation avec sa meilleure amie Emma, il recherche un emploi et trouve la perle rare en devenant nounou chez un couple de coiffeurs, Alan et Justin. Depuis qu’il s’est fait licencier de son précédent emploi pour avoir couché avec son patron hétéro, il s’est juré de ne plus retomber dans ce piège classique. Ainsi, quand il rencontre le nouveau voisin de ses patrons, il doit tout faire pour lutter contre cette attirance. Elliott Vital revient tout juste des États-Unis où il a laissé son ex-épouse avec son ex-meilleur ami filer le parfait amour. Désemparé, il ne sait plus très bien où il en est, ni dans quelle catégorie se ranger. Hétéro ou homo, les questions qu’il se pose à tout moment de la journée le perturbent grandement. Mais osera-t-il agir sur ses désirs et déclarer sa flamme au jeune homme d’à côté ? L’ironie de deux destins qui n’auraient pas dû se rencontrer…"

Avis

J’ai complètement dévoré ces deux livres, lus d’une traite jusqu’à tard le soir, au plus grand désespoir de mon sommeil… Mais quand un récit me prend en haleine de cette manière, impossible de me décrocher d’un bouquin !

 

 

L’ironie d’un sort (le premier tome) est une belle bataille sur la vie, une belle performance que nous montre Alan, pour qui tout n’a pas toujours été rose. Un véritable combattant, dans cette jungle qu’est la ville de Paris, trainant derrière lui les casseroles de son passé sans pour autant les renier. A seulement 18 ans, il porte beaucoup plus de chose sur ses épaules que de nombreux adultes. Les rencontres qu’il fera au cours du livre sont toujours teintées d’une certaine mélancolie et tristesse. Au tout début, Alan ressemble plutôt à une coquille au milieu de tous ces évènements, un naufragé se laissant porté par les vagues. Pourtant, la force et la détermination reprennent le dessus, et on suit alors un jeune homme essayant de se reconstruire petit à petit, se démenant comme il peut.

L’auteur a su me séduire avec sa plume, et c’est avec grand plaisir que je me suis ensuite attaquée à la lecture du tome 2, L’ironie du Destin. Dans la même veine que son premier tome, il nous conte une délicieuse histoire d’amour, entre Jesse, étudiant en droit au caractère assez explosif, et Eliott, approchant la trentaine, et revenant des États-Unis après un divorce express. Les personnages sont différents, de par leur âge, mais aussi de par leur personnalité ; Jesse est gay, et il l’assume entièrement. A l’inverse, Eliott se cherche, secoué dans sa vie sentimentale jusqu’à remettre en cause sa sexualité. A l’inverse de L’ironie d’un sort, celui-ci enchaine les points de vue entre nos personnages afin de pouvoir plus facilement se plonger dans leur tête, afin d’y découvrir les tenants et aboutissants de chacun de leurs gestes, et l’interprétation de l’autre.

 

 

Le trait de l’auteur m’a encore plus frappé dans ce second tome, bien que le premier reste mon préféré des deux. On retrouve pour mon plus grand plaisir le couple de L’ironie d’un sort dans L’ironie du Destin, ainsi qu’un Hugo plus âgé, et aux répliques cinglantes qui m’ont toujours autant fait rire. Dans les deux cas, j’ai adoré les personnages, la complicité entre eux, les belles leçons qu’ils nous donnent, nous, les personnes dont la vie semble toujours difficile à nos yeux, et qui pourtant, faisons souvent partie des gens ayant de la chance. J’ai pleuré, j’ai beaucoup pleuré sur ces lectures… J’aime les livres capables de me faire ressentir ce genre d’émotion, l’estomac tordu de douleur, enfouie dans ma couette à chouiner. Quelle maso je suis :rire: Au final, ce ne sont que deux belles histoires d’amour, où le destin se mèle pour nos plus grand plaisir, comme on aimerait pouvoir en vivre, écrit avec simplicité et talent. Je recommande !

Septembre 2016

×