L'irrequiem

  

Synopsis

"Peur au ventre mais sourire farouche sur les lèvres, Allegria empoigne sa guitare électrique. Sur le pont du vaisseau, tout l’orchestre retient son souffle. Les musiciens s’apprêtent à quitter leur refuge souterrain et à réaffronter la fureur de ce monde à l'agonie. Pour réussir à maintenir leur navire à flot, ils vont devoir jouer avec leurs tripes. C’est le seul moyen de survivre. Le seul moyen pour qu'Allegria survive et que ne meure pas avec elle le souvenir de Faustine."

Avis

Comme la plupart des titres que YBY Edition m’envoie, j’ai lu L’irrequiem sans rien connaître, que ce soit par rapport au synopsis ou à l’univers. Autant vous le dire, je n’ai pas saisi grand-chose lors de ma première lecture. Commencer la nouvelle juste avant de prendre le travail à 7h du matin, c’était peut-être une mauvaise idée. La plume de l’auteur est très poétique et métaphorique, je vous conseille donc de vous poser dans un endroit tranquille et de vous y préparer pour apprécier encore plus le voyage.

Car lorsque j’ai pu reprendre ma lecture à tête reposée, j’ai réellement pu en saisir les mots et apprécier L’irrequiem à sa juste valeur. L’auteur a un réel talent pour créer une belle ambiance au fils de ses pages, c’est indéniable. L’histoire se situe plus dans les sensations du personnage principale. Au final, après la lecture de L’irrequiem, nous ne connaissons pas grand-chose de l’univers qui entoure Allegria, ni même son histoire à elle. On s’intéresse surtout à l’instant présent, exception faite lorsqu’elle évoque ses souvenirs avec Faustine.

J’émet néanmoins quelques réserves par rapport à cette histoire. Bien que je la trouve très belle, j’ai été étonné de la voir terminer aussi vite. Pas de panique, L’irrequiem n’a pas un gout d’inachevé. A la fin, la boucle est bouclée, mais je suis restée avec un tas de question. L’irrequiem était une bonne lecture, mais ne seras pas ma préférée des éditions. Je suis curieuse néanmoins de connaître le reste des œuvres de l’auteur.

Juin 2017

×